Exemples d'actions : économie circulaire

Accompagner l’émergence d’un projet alimentaire territorial 

Lauréate de l’appel à projets national Programme national d’alimentation (PNA), la Communauté d’agglomération Provence Verte (83), conjointement avec l’ensemble des acteurs (institutionnels, socio-professionnels et citoyens), travaille à l’émergence d’un Projet alimentaire territorial (PAT).

Le but de ce projet est d’agir en faveur d’une alimentation :

  • locale ;
  • de saison ;
  • de qualité ;
  • accessible à tous.

L’élaboration du PAT s’appuie sur le lycée agricole de Saint-Maximin et ses partenaires issus des secteurs de la production, de la transformation et de la consommation.

Il se traduira par des actions concrètes, évaluées grâce à des indicateurs liés à l’économie locale (nombre d’installations d’agriculteurs, création d’emplois), la préservation environnementale (développement des circuits courts, transition agro-écologique), l’animation du lien social et de la santé publique.

Créer la cité vivante de l’alimentation

Lauréate régionale de l’appel à projets national « Mon projet pour ma planète », la Cité vivante de l’alimentation a vocation à devenir un épicentre de liens, d’activités, de partage d’expériences et de transmission autour de l’alimentation.

L’objectif est de contribuer, par des actions concrètes, à la construction d’un nouveau système alimentaire local, dans une logique d’économie circulaire créatrice d’emplois durables sur le territoire.

Équiper les communes de solutions de compostage

D’ici 2025, la loi relative à la transition énergétique imposera la généralisation du tri à la source des déchets organiques pour tous les producteurs de déchets.

Pour anticiper les dispositions de cette loi, la Communauté de communes Cœur du Var souhaite équiper 20 % des foyers qui résident en habitat collectif, d’une solution de gestion de proximité (compostage de quartier ou en établissement).

Le but est de valoriser les bio-déchets sous forme de fertilisant naturel utilisable par les usagers participants et les services techniques communaux pour l’entretien des espaces verts.

L’opération a été lancée en août 2018. Elle vise à installer 15 composteurs partagés d’ici 2020, puis 15 autres entre 2021 et 2023. Au total, ce sont 4000 foyers qui sont visés par cette opération qui permettra de valoriser 50 kg de déchets organiques par habitant.

Le Guillestrois-Queyras à l’heure de la tarification incitative

L’ADEME accompagne financièrement et techniquement les collectivités de Provence-Alpes-Côte d’Azur dans les étapes de déploiement de la Tarification incitative (TI), qui permet l’application du principe pollueur–payeur aux usagers du service.

Celle-ci est reconnue comme un levier puissant pour la prévention des déchets ménagers et assimilés.

Déjà engagée dans une politique volontariste « zéro déchet, zéro gaspillage », la Communauté de communes du Guillestrois et du Queyras (CCGQ), en collaboration avec le Syndicat mixte de traitement des ordures ménagères du Guillestrois, du Queyras et de l'Argentiérois (SMITOMGA), se lance dans la mise en œuvre de la TI. Elle est la première à déployer cette action dans la région.

8 297 habitants sont concernés dans 16 communes de la CCGQ qui devrait réduire de 30 % le poids des déchets non recyclés, soit environ 1100 tonnes. 

Traitement du site MG Industries à la Roche-de-Rame (05)

Dans le cadre de deux arrêtés successifs (2016 et 2017), l’ADEME s’est vue confier par le préfet des Hautes-Alpes, la maîtrise d’ouvrage de la mise en sécurité de l’ancien site occupé par MG Industries (usine de calcium et de magnésium), à la Roche-de-Rame.

Réalisée entre juin 2017 et juillet 2018, cette mission s’est effectuée en plusieurs phases :

  • état des lieux ;
  • coordination sécurité ;
  • enlèvement des déchets dangereux et des matières premières résiduelles ;
  • mise en sécurité des cuves d’hydrocarbures, des fours et condamnation des accès.

Le montant total des opérations s’élève à 944 624 €.